📌 Sommaire "IA Agentive"… Brèves : LinkedIn en France :…
📌 Sommaire L'édito  Brèves : TikTok incontournable dans le processus…
📌 Sommaire L'édito L’IA au service de la business intelligence…
📌 Sommaire L'édito Brèves : Google repousse encore la fin…

RnD Café ☕️ – #346

📌 Sommaire

L’édito

Brèves :
Le Guide 2024 pour optimiser vos performances Google.
Comment atteindre vos cibles B2B ?
Les meilleurs moments pour publier sur les réseaux !
15 milliards de dollars de revenus publicitaires pour Amazon
Évitez la cannibalisation des mots-clés !

Samedi 20 avril 2024

L’édito #346

Ça se concrètise

­
Bonjour à toutes et à tous.

La relative accalmie de la semaine dernière était de courte durée.

Les annonces, prises de paroles, cas d’usage, outils, retours d’expérience continuent d’affluer sur l’IA. La bonne nouvelle, c’est que cela devient de plus en plus concret et opérationnel.

Comment en tirer parti dans nos métiers ?

Plusieurs réflexions lues cette semaine.

Tout d’abord Brian Solis, expert américain reconnu en matière de transformation digitale et d’innovation, ne parle plus d’intelligence artificielle, mais d’Augmented Intelligence (AI), ie des outils pour nous rendre plus performants. Le mot important dans la phrase est “outil”.

Même si Elon Musk prédisait la semaine dernière l’avènement imminent de l’intelligence générale artificielle (AGI), celle capable de remplacer le raisonnement humain, Yann LeCun, l’un des pères de l’IA (français, actuellement chez Meta), conteste la faisabilité de l’AGI à court terme, soulignant les lacunes des modèles actuels (les LLM) en matière de raisonnement et d’interaction avec le monde physique, et préconise une architecture d’IA différente axée sur des objectifs précis.

Le rapport de StanfordAI Index 2024, confirme cette hypothèse. Il met en lumière l’évolution et les défis de l’IA, avec des avancées significatives en classification d’images et compréhension linguistique, mais des lacunes en raisonnement complexe. Il note une prédominance industrielle dans la recherche, des coûts croissants pour les modèles de pointe, une augmentation des investissements dans l’IA générative, et une attention accrue sur la régulation et l’impact public de l’IA.
 
En matière d’impact sur le public, sur vos publics, les prises de conscience des enjeux s’intensifient. Et quand un producteur de contenus grand public comme Cyprien (14,5 millions d’abonnés sur YouTube) prend la parole sur les dérives de l’IA, sur les fausses publicités, sur les deepfake… Et bien, c’est une très bonne nouvelle. Sa vidéo a été vue 3 millions de fois en 7 jours.

Car oui, si l’usage de l’IA augmente indéniablement, la désinformation aura un impact sur notre société mais également potentiellement sur vos marques (cf. les fausses pub, les menaces réputationnelles).

Juste à titre d’information, regardez attentivement la capture d’écran d’un article du Point. Il n’y a rien qui vous choque ?



Regardez attentivement l’adresse du site (l’URL)… Et oui… Fake !
Ces sites de désinformation opérés par des puissances étrangères sont en partie générés par l’IA…
 
Et la désinformation fait cliquer… Pour chaque terme négatif ajouté au titre d’un article, le taux de clics s’accroît de 2,3 %, et cette tendance est encore plus marquée dans les domaines de la politique et de l’économie (vu via Fabienne Billat)

Les Américains utilisent de plus en plus le ChatGPT, mais heureusement peu d’entre eux font confiance aux informations relatives aux élections (Vu chez Emmanuel Vivier).

C’est peut-être sans compter les accélérations en termes de création d’avatars animés à partir d’une simple photo ou de voix à partir de 15 secondes d’enregistrement.

Microsoft a publié cette démo de VASA-1, sans annoncer de date de sortie afin de vérifier si cette technologie sera utilisée de manière responsable (…). A partir d’une photo en bas à gauche, une vidéo est générée…



Souvenez-vous, la semaine dernière, Open Ai avait aussi sorti un outil pour génerer des voix qu’ils ne mettent pas sur le marché car trop dangereux. Il faut juste 15s de votre voix pour la cloner.

Ces flux d’informations, vraies, fausses reposent la question de l’attention portée par nos publics à nos messages. Et sur quelles interfaces ? C’est la question à laquelle se sont attelés Marie Dollé et Laurent François.

Quel sera le futur des interfaces ? Moins d’écran ? Plus de voix ?

Les innovations telles que les gadgets IA de Humane AI (dont les retours sont calamiteux – via Jérôme Marin) et les lunettes de Brilliant Labs transforment nos interactions quotidiennes, nous amenant à reconsidérer ce que signifie vraiment l’interface homme-machine. Ce phénomène, souvent désigné comme le « troisième grand décentrement », suggère une évolution vers une technologie sans écran, plus biomimétique et en harmonie avec notre environnement. Leur papier est passionnant.

Sur les écrans, ces derniers sont en tous cas aujourd’hui une source grandissante de distraction (voir d’ailleurs l’initiative de la Fondation pour l’Enfance plus bas). 

 


Côté régulateurs, cette semaine, le sujet de la directive européenne EUCS continue d’alimenter les débats. Encore en discussion, ce texte cherche à uniformiser les critères de certification cloud au sein de l’UE. La version actuelle du texte exclut l’exigence de souveraineté pour la certification, une modification soutenue par les Pays-Bas, l’Allemagne, et d’autres. Cette édition est contestée par des entreprises telles qu’Orange, Dassault, Airbus et OVH, qui s’opposent à la position de la Belgique, présidente de l’UE. Ce n’est pas terminé. A suivre pour vos futurs choix d’hébergement.
 
La CNIL s’empare du sujet de l’IA et propose une série de fiches pratiques pour guider les acteurs dans le développement de systèmes d’IA en respectant la réglementation sur les données personnelles.
Ces fiches couvrent plusieurs aspects : détermination du régime juridique des traitements, définition des finalités, qualification juridique des fournisseurs, légalité des traitements, nécessité d’une analyse d’impact, et intégration de la protection des données dès la conception et gestion des données.


Du côté des acteurs de l’IA, à nouveau de nombreuses annonces

Meta : Marck Zuckerberg a annoncé la sortie de Llama 3, nouvelle version de son modèle. On vous passe la surenchère de superlatifs. Les benchmark surperforment face à Claude, Mistral mais pas encore GPT4. Gemini Pro (Google) n’est pas loin.

– Puisqu’on en parle, Google continue de déployer Gemini dans l’offre Google Workplace et diffuse ce  guide pour l’utiliser au maximum dans divers domaines professionnels, tels que le service client, la productivité personnelle, les ressources humaines, le marketing, la gestion de projet et les ventes. Chaque section propose des stratégies spécifiques pour formuler des demandes efficaces. La semaine dernière, lors du Google Cloud Next ’24, Google a dévoilé 218 nouvelles innovations sous les slogans « Gemini Everywhere » et « AI Everywhere ». Résumé des 15 annonces les plus importantes selon Alex Velinov. 

Mistral (🇫🇷) a également dévoilé cette semaine, son nouveau modèle, Mixtral 8x22B, offrant une efficacité de coût importante pour sa taille, excelle en anglais, français, italien, allemand et espagnol, possède des capacités avancées en mathématiques et en codage. point important pour la suite Mixtral 8x22B est distribué sous la licence open-source Apache 2.0, permettant une utilisation libre et sans restriction.

Qu’est-ce qu’on en retient ? Le choix de tel ou tel modèle pour vos applications reste complexe. La course continue entre les grands acteurs de l’IA mais notre national de l’étape (Mistral) tient la corde (performance, coûts, open source).

Côté outils et cas d’usage

– Dans le domaine de la formation, une centaine de professionnels ont fait le classement des outils IA les plus performants dans leur activité (vu chez Yvan Demumieux) avec les gagnants dans 16 catégories (présentations, crétaions de cours, recherche, etc…)

– Dans le domaine des Ressources Humaines, ce guide (classique mais utile) de Bruce Trophardy des prompts performants. Forbes met en lumière SmartSourcing, un outil d’IA développé par Indeed et présenté par Raj Mukherjee, vice-président exécutif. Cette technologie analyse les données de CVs pour optimiser le matching entre candidats et offres d’emploi. Selon lui, non seulement elle réduit le temps d’embauche de 8,1 heures par semaine pour les employeurs, mais elle améliore aussi la rédaction des descriptions de postes et la personnalisation des communications.

– Cette bibliothèque de ressources en ligne couvre des thèmes variés, tels que le Content Marketing, l’Email, la Retention, et le SEO, et beaucoup d’autres sujets,  offrant un large spectre d’outils pour optimiser les efforts de marketing digital.

– Sur la data, en attentat d’avoir votre assistant Excel capable de vous extraire toutes les données possible d’un fichier, il existe déjà plusieurs outils qui s’en approchent : sept exemples ici. Autre tuto via Raphaël Richard.

– En matière de créationcette vidéo de conception d’un rasoir illustre parfaitement la nécessaire complémentarité des outils : Midjourney pour le concept visuel initial, puis le Style Transfer de Magnific AI pour transformer ce concept en esquisse noir et blanc, suivi de Vizcom pour varier les coloris, et finalement l’Upscaler de Magnific AI pour affiner les détails.



Pas une semaine sans un “Ouaaah” sur les outils de création vidéo.
Cette semaine c’est Adobe avec Generative AI pour Première Pro qui nous décroche la mâchoire.


Et pour créer des personnages persistants avec Leonardo.ai (gratuitement), c’est ici.
Le son n’est d’ailleurs pas en reste avec UDIO, ce générateur de musiques.
 
Si je résume, les outils commencent à s’intégrer de manière plus fluide dans nos quotidiens et les premiers champions sortent du lot.
 
Je vous partage mon Top :
 
1. ChatGpt : synthèse, brainstorming, insights… et sur des tâches particulières grâce au GPTs maison.
2. Perplexity.ai : faire des recherches documentaires (avec des sources !)
3. MidjourneyCanvaIdeogram : créer des visuels à la volée (y compris pendant des réunions) et y compris avec des textes
4. Humata : converser avec mes pdf
5. Xmind.ai : organiser mes idées dans un mindmap, collaboratif et enrichi via l’IA. Il existe aussi un GPT pour cela mais non testé.
6. Studyfetch : Synthétiser une vidéo YouTube (voir ici)
7. Gamma : le dernier (pas encore complètement convaincu) en test comme aide à la génération de présentations (exemple ici mais tuto sponsorisé)
 
Autre Top Outils ici.

Je parlerai bientôt de l’automatisation, notamment de l’interconnexion de bots pour qu’ils exécutent chacun une partie d’une tâche. Cette approche pourrait s’avérer être la plus impressionnante à court terme.
 
Une question revient souvent en ce moment sur le fait d’apprendre ou non à prompter, c’est à dire à savoir converser / envoyer une consigne à l’IA. 
Brian Solis pense que oui. Il estime que ce n’est pas une mode mais cela va nécessiter de l’expérimentation et de l’apprentissage.
 
A noter que les outils de notre quotidien intégreront de plus en plus de fonctions “intelligentes”. Il suffira de cliquer sur un petit bouton avec ce picto (qui semble devenir la norme) ✨ et l’outil appliquera des prompts pré-enregistrés.
 
Sur le sujet de l’apprentissage, lire le très bon post de Samuel Durand sur le partage du savoir en interne. Deux écoles : le tâtonnement où l’on donne libre accès à l’IA aux collaborateurs pour qu’ils l’explorent, et la méthode descendante, qui consiste à fournir des exemples concrets d’applications de l’IA pour divers métiers.

 
Côté marques ?
 
TF1 : Julien Laurent évoque l’adoption de l’IA chez TF1 INFO, où le système de gestion de contenu (CMS) intègre désormais l’IA pour automatiser la classification, le taggage et la géolocalisation des contenus. L’objectif est de libérer les rédacteurs des tâches répétitives. Ca vous donne des idées non ? 
 
DOVE : leur dernier spot a fait couler beaucoup d’encre. Sont-ils contre l’IA ? Beaucoup l’ont pensé. Analyse plus nuancée de Mathieu Crucq
 
L’Oréal Paris a initié la campagne « Worth It Resume » avec McCann, incitant les femmes à partager sur LinkedIn et les réseaux sociaux leurs échecs et succès sous le hashtag #WorthItResume en suivant l’exemple de leurs égéries. Cette campagne, qui révèle que 81% des femmes ressentent plus de pression à ne pas échouer que les hommes, vise à améliorer l’estime de soi féminine. (via Laura Bokobza)


Et pour finir, quand on vous dit que l’IA n’est qu’un outil, voilà ce qu’elle permet à Daniel Eckler de produire. Outils utilisés (où l’on retrouve la notion de Combo) : 28 dont OpenAI + Runwayml + Suno AI + Resemble AI + Fable Motion + Midjourney + Topaz Labs. Enjoy. (Via Bruno Guglielminetti)


 
Bon weekend à toutes et à tous

En bref (ou presque)
­
📌 Le Guide 2024 pour optimiser vos performances Google. 
On entend beaucoup en ce moment :  » Performance Max, c’est une boite noire…. ». Découvrez le dessous de cet algorithme avec ce guide exclusif de Search Engine Land
 
­
🎯 Comment atteindre vos cibles B2B ?
Découvrez cet article qui met en lumière la nécessité d’un écosystème de contenu complet pour cibler efficacement des cibles B2B. Vous y trouverez des études de cas, des plateformes d’automatisation et d’autres outils qui peuvent vous aider à compléter vos efforts sur les réseaux sociaux pour atteindre vos clients B2B.
 
­

­
 
🔎 Les meilleurs moments pour publier sur les réseaux !
Découvrez les moments stratégiques pour publier sur YouTube, Instagram, Twitter, et TikTok grâce à cet analyse.  Sur LinkedInderniers chiffres ici.
 
😵 15 milliards de dollars de revenus publicitaires pour Amazon
Découvrez les chiffres étonnants à travers le graphique ci-dessous, qui révèlent comment Amazon surpasse ses concurrents en matière de revenus publicitaires. Avec 15 milliards de dollars, Amazon devance YouTube, Snap et Walmart réunis. licité en ligne va continuer d’évoluer dans les années à venir.
­

­
 
❌ Évitez la cannibalisation des mots-clés !
Découvrez les impacts néfastes de la cannibalisation des mots-clés sur votre site web. Cet article révèle comment cette pratique nuit au trafic et à l’autorité SEO, tout en proposant des outils et des techniques pour identifier et résoudre ce problème. Ne laissez pas la cannibalisation entraver votre référencement : adoptez les bonnes pratiques dès aujourd’hui ! On en parle ?