L'édito Souveraineté Depuis le 24 février dernier (), le mot souveraineté n'en…
📌 En un clin d'œil L’EditoArticle : La fracture numérique,…
📌 En un clin d'œil L’EditoL'opportunité des podcasts de marqueLes…
📌 En un clin d'œil L’EditoDu côté de RnD : Hublo nous fait…
Agence RnD > En ce moment > Newsletter > La News du vendredi 15/04 – #263

La News du vendredi 15/04 – #263

All-in !

Evidemment cette semaine sera marquée par l’offre d’Elon Musk, hier soir, de racheter en cash l’intégralité de Twitter pour 43Mds$ (soit environ 16% de sa fortune estimée) en la sortant de la bourse et ce pour préserver la « liberté d’expression ».

Elon Musk ne croit plus dans le management de ce réseau ni en son offre.
L’excellent TTSO citait hier soir un spécialiste américain Corentin Sellin : 

« Un multimilliardaire souhaite s’approprier seul et sans contrôle, en la transformant en entreprise non cotée en bourse, une firme globale de réseau social à fort usage politique. (Or) la consolidation de la démocratie libérale US au début XXe siècle se fit en parallèle de la destruction des grands mono/oligopoles (lois Sherman/Clayton) et à l’exclusion de leur intervention financière directe en politique (loi Tillman) tandis qu’au début du XXIe siècle, le retour en force de ces grands oligopoles (Google, Facebook etc.) s’opère, dans le domaine vital pour la démocratie de l’information et la connaissance, sans réaction massive de l’Etat régulateur ».

On suivra cela de près, pour vous, marques ou organismes, qui utilisez Twitter.

Côté Web3, encore de grosses annonces avec l’arrivée de mastodontes (cf. LEGO – Brève plus bas) et des unes de magasines en kiosque qui confirment que l’engouement ne faiblit pas malgré une baisse des valorisations des NFT (Exemple : la chute du prix du NFT du premier Tweet passé de 9,3M$ il y a un an à… 280$ hier). 

Technikart : le monde sera NFT

L’occasion de rappeler, comme nous le faisons souvent ici, que malgré l’effet de mode, tout n’est pas à réinventer. Les NFTs jouent sur des leviers classiques : la collection, la spéculation, l’ego (nouveau signe extérieur de richesse ou de « coolitude »).
En droit, il va en un peu de même. Le cabinet Next revient sur les questions les plus posées au sujet des Metaverses : chez qui sommes nous, que possédons-nous ?… Pendant ce temps là, c’est la Harvard Business Review qui s’interroge sur l’impact des Metaverses sur le travail (télétravail, formations et apprentissages, nouveaux usages plus spontanés et interactifs qu’une conférence en Zoom).

Pour finir, plus léger, un rappel de ce qu’est le Visual Marketing si important pour la communication sur les réseaux sociaux.

Importance du visual marketing

A retenir cette semaine

Emailing : ne boudez pas ce canal !

Emailing : ne boudez pas ce canal !

La semaine dernière, nous parlions des interactions entre une marque et ses clients. De multiples canaux peuvent être investis pour créer de l’engagement : les réseaux sociaux, les notifications push… mais encore et toujours l’email !

Selon Julien Gauthier, Customer success engineer chez Sendinblue, « l’email est devenu le moyen le mieux accepté pour engager une relation individuelle« . 

S’il est peu cher, présente un bon ROI (retour sur investissement) et offre la possibilité de créer du contenu à forte valeur ajoutée, il y a néanmoins des bonnes pratiques à respecter pour qu’il soit bien pris en compte par vos clients. 

  • Le contenu

Trouver le juste milieu entre le fond et la forme. Cela peut paraître basique, mais n’omettez pas votre image de marque, une structure précise (header, corps du mail et footer), des CTA, … Vos clients ne lisent pas tout le contenu au mot près, gardez votre objectif en tête pour les amener à le réaliser à des endroits stratégiques.

Par ailleurs, si votre objectif peut être réalisé directement au sein de l’email, privilégiez les emails interactifs ! Il existe des outils vous permettant d’engager vos clients plus rapidement (remplissage d’un formulaire, feedback sur un achat réalisé, inscription à un événement, etc) et ce sans quitter l’email.

  • La personnalisation

A vrai dire, il s’agit de la règle d’or et ce dans tous les domaines du marketing numérique. Exit les emails communs à tous vos segments ! Aujourd’hui, vos clients souhaitent recevoir des communications propres à leur parcours. Cela va bien au-delà du prénom, du nom ou encore de la date d’anniversaire.

  • La maîtrise des données

C’est intrinsèquement lié à la personnalisation : sans connaissance de votre base de données, il va être compliqué de pouvoir individualiser chaque email. Quand elle est bien entretenue et qualifiée, c’est là que les effets positifs se font sentir. En effet, vous serez à même de créer des parcours de communication personnalisés, de mieux gérer la pression marketing et d’obtenir un impact positif sur la délivrabilité. 

Parmi ses conseils, Julien Gauthier appuie sur un point intéressant : définir « des scores d’engagements et de pression marketing pour chacun de ses contacts » en plus d’un système de double opt-in pour vous assurer de l’engagement ou de la transparence sur les communications actuelles et futures par exemple.

  • Le marketing automation

Un email personnalisé, c’est une chance d’augmenter vos conversions. Mais ça l’est encore plus lorsqu’il arrive au bon moment dans la boîte mail de votre client grâce au marketing automation. La création de scénarios est dans ce cas essentielle.

Si à la lecture de ces bonnes pratiques vous avez des questions ou besoin de conseils, parlons-en ! 👉 Offre RnD : Conseil & Stratégie.

En bref (ou presque)

  • 📱 | TikTok fait encore parler de lui cette semaine. En effet, le réseau social domine les classements des applications les plus téléchargées en passant pour la première fois devant Snapchat et est maintenant l’application préférée des adolescents. En plus de cela, il est annoncé que TikTok va tripler ses revenus publicitaires, soit 10,75 milliards d’euros, ce qui est plus important que Snapchat et Twitter combinés. Enfin, comme vous le savez depuis maintenant plusieurs années, la protection des données personnelles étant un enjeu majeur, dans une stratégie européenne de gouvernance des données, TikTok vient de signer un contrat dans lequel il accepte l’hébergement des données utilisateurs des Européens en Irlande. 
     
  • 💻 | YouTube va dévoiler fin avril un nouvel outil : la recherche statistique. L’objectif est d’identifier les sujets de recherche des internautes sur YouTube, mais surtout affiner les stratégies SEO sur les vidéos. L’idée est de présenter « des données basées sur les recherches effectuées sur l’ensemble de YouTube, ainsi que celles effectuées sur vos vidéos« . Les informations seront classées via volumes de recherche / requêtes. Cette nouvelle apporte une information stratégique complémentaire pour les éditeurs de vidéos quand on sait que pour les jeunes générations, le moteur de recherche de YouTube est parfois plus utilisé que Google !
     
  • 💻 | Metaverse encore et encore. Après l’entrée fracassante des entreprises dans le metaverse (15 ans après Second Life), dont l’objectif est d’être visionnaire et de satisfaire les évolutions des marchés (et de préempter les futures audiences), c’est au tour de Sony et Lego d’intégrer le metaverse pour satisfaire cette fois-ci les plus jeunes. Avec 2 milliards de dollars investis chez Epic Games et donc Fortnite (aussi une forme de metaverse même si c’est un jeu vidéo), l’idée de cet investissement « vise à avancer dans l’objectif de l’entreprise de construire le metaverse et soutenir la croissance continue » et donc d’attirer les plus jeunes. 
     
  • 🌎 | Selon certaines études, l’écosystème numérique serait responsable de 2% à 4% des émissions de gaz à effet de serre mondiales. Statista nous partage une infographie sur l’empreinte carbone de nos activités numériques. Cette infographie, réalisée par l’institut allemand de recherche sur l’environnement, met en avant les secteurs les plus « mauvais » dans cette émission de gaz à effet de serre. Bien évidemment la fabrication des appareils électroniques (ordinateurs, tablettes, téléphones) représente près de 40% des émissions et leur utilisation 22%. Il ne faut pas oublier que les data centers et le traitement des données eux aussi sont responsables de cette empreinte carbone. Mais que cela ne nous empêche pas d’optimiser nos lignes de code dans le respect des normes qui sont en train de se formaliser en matière d’eco-conception. Parlons-en.

Le chiffre de la semaine

53%

Il s’agit du pourcentage d’entreprises annonçant avoir perdu des clients suite à une faille de sécurité des données. 

Malheureusement, l’étude d’Opinion Matters souligne la discrétion (pour ne pas dire l’opacité) sur le sujet de la cybersécurité en entreprise. 38% refusent toute communication sur leurs pratiques.

Le sondage de la semaine

Selon vous, en France, quel est le pourcentage de l’empreinte carbone du numérique par rapport aux émissions nationales totales ?

➡️ Répondre

Les résultats du sondage précédent.

Newsletter

Chaque vendredi matin, retrouvez une synthèse des informations du marketing digital à replacer lors de votre prochaine réunion.