📌 Sommaire L'édito  Brèves : TikTok incontournable dans le processus…
📌 Sommaire L'édito L’IA au service de la business intelligence…
📌 Sommaire L'édito Brèves : Google repousse encore la fin…
📌 Sommaire L'édito Brèves : Le Guide 2024 pour optimiser…

RnD Café ☕️ – #347

📌 Sommaire
L’édito

Brèves :
Google repousse encore la fin des cookies tiers
Les 3 clés de la réussite du marketing de contenu
Concevoir un système sécurisé
Comment créer une landing page efficace? 

Samedi 27 avril 2024

L’édito #347

Le SEO est mort ! Vive le LLMO !

­
“Le SEO est mort !”
Combien de fois avez-vous lu cette phrase depuis 1997 (date de la première apparition du terme par Bruce Clay) ? Moi… pas mal !

“Vive le LLMO !”
Super… qu’est-ce que c’est encore que ce truc ?

John Battelle est un entrepreneur, journaliste et auteur américain, cofondateur du magazine Wired et auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire et le fonctionnement des moteurs de recherche, notamment La révolution Google.

Comme toujours, sa dernière tribune est inspirante. Il est en désaccord avec l’article de The Atlantic, où Judith Donath et Bruce Schneier, estiment que “C’est la fin du Web tel que nous le connaissons”.

1. l’IA va “tuer l’ancien web”, en générant du contenu de mauvaise qualité (voir ces horribles fermes à contenus générées par l’IA). D’ailleurs, Fred Cavazza a relayé cette semaine un retour d’expérience de Laurent Peyrat sur l’utilisation de l’IA générative par CDiscount qui a optimisé 700 000 fiches produit via la réécriture des descriptions. Cette initiative a entraîné une baisse constante de la visibilité sur les moteurs de recherche (suivi sur SEMrush).

2. les LLM (Large Language Model, modèle d’intelligence artificielle capable de générer et de comprendre du texte, souvent résumé comme un chatbot à la manière de ChatGPT) tueront le web ouvert en remplaçant le référencement (SEO) par l' »optimisation des modèles de grands langages », ou LLMO (Large Language Model Optimization). « Le référencement se transformera en LLMO », écrivent les auteurs, « l’industrie naissante de la manipulation de matériel généré par l’IA pour servir les intérêts des clients ».

Battelle ne le pense pas et remarque que le web a toujours su s’adapter et survivre aux changements par le passé.

Sur nos sujets, cela nous ramène, une de fois de plus, à l’évolution de la recherche et la question de la part de voix d’une marque dans la réponse qu’une IA pourra vous faire sur telle ou telle requête ; la fameuse part d’inférence, c’est à dire le taux de visibilité d’une marque dans les réponses d’un chatbot. J’en avais parlé ici.

Perplexity.ai, outil dont j’ai déjà parlé continue son ambition de ringardiser Google et illustre ce que pourrait être le futur de la recherche. Ils ont annoncé cette semaine une seconde levée en 4 mois de 62,7 millions de dollars, portant sa valorisation à plus d’un milliard de dollars. En parallèle, elle lance une offre payante.

On commence également à en savoir un peu plus sur la Search Generative Experience (SGE) de Google prévoit d’enrichir très prochainement sa page de résultats de recherche (SERP) avec l’IA pour améliorer l’expérience de recherche des utilisateurs. Voir la présentation très complète des évolutions attendues en e-commerce


Plus globalement, la 40ème édition de l’une des conférences les plus inspirantes qui soit, TED, s’est tenue à Vancouver la semaine dernière. Stéphane Distinguin, fondateur de FaberNovel, en a fait des résumés quotidiens.

Si l’année dernière, le débat faisait rage sur l’IA : “Good or Evil”, cette édition a choisi son camp. Ce sera pour le meilleur, et allons-y à fond ! « L’IA n’est pas le nouveau pétrole mais la fusion nucléaire de la connaissance, elle n’a pas de limite », selon Suleyman, cofondateur de l’un des acteurs qui a le plus contribué à l’IA, DeepMind (Google) et désormais patron de l’IA chez Microsoft.

Par ailleurs, nouvelle illustration du fait que l’IA s’inscrit désormais davantage dans les usages quotidiens. Ainsi, quand l’artiste chinois Cai Guo-Qiang prend la parole en mandarin sur scène, la technologie de Metaphysic.ai fournit à l’audience une traduction en temps réel en anglais, reproduisant “fidèlement” sa voix originale. Cela me fait penser à la prise de parole récente de Serge Schick : “L’IA annoncerait-elle le crépuscule de l’anglais comme langue internationale de référence ?” 
 
Revenons sur le HAI AI 2024 ReportArtificial Intelligence Index report 2024 de Stanford, sur l’adoption de l’IA aux Etats Unis, résumé par Benoît Raphaë : 
 
– Les hallucinations de l’IA diminuent mais encore près de 20% des réponses de ChatGPT sont fausses. Et ce n’est pas réservé à ChatGPT. Absolument tous les LLM hallucinent. C’est dans leur nature 🙂Esprit critique es-tu là ?
Benedict Evans, un analyste renommé du secteur technologique, aborde dans sa dernière tribune la recherche de cas concrets d’application de l’IA. Il reconnaît le potentiel révolutionnaire de l’IA, comparable à celui de VisiCalc (premières feuilles de calcul) pour la comptabilité, mais souligne les difficultés actuelles à trouver des applications pratiques adaptées aux tâches quotidiennes. Ces difficultés sont dues aux limitations des modèles actuels, notamment les erreurs et les « hallucinations« , ce qui crée, selon lui, un écart important entre les possibilités imaginées par les développeurs et les utilisations réelles.

– L’adoption en entreprise croît mais lentement. 55% des entreprises aux US ont intégré l’IA en 2023, contre 50% l’année précédente. 42% des organisations rapportent des réductions de coûts grâce à l’IA, tandis que 59% ont vu leurs revenus augmenter. En France, 26 % des professionnels de l’informatique dans les grandes entreprises ont activement déployé l’IA, et 45 % supplémentaires étudient activement la possibilité de l’utiliser.

– Le coût de formation des modèles de langage (LLM) s’accroît, tandis que leur impact environnemental demeure complexe à évaluer en raison d’un manque de transparence. Par exemple, en 2017, l’entraînement des transformers chez Google coûtait 930 dollars, tandis qu’aujourd’hui, former le modèle Gemini Ultra de Google coûte 191 millions de dollars (vu chez Nicolas Perrier).


L’étude d’eMarketer, relevée par Emmanuel Vivier, met en évidence une adoption de l’IA dans le domaine du marketing plus lente que prévu. En avril 2023, 59% des marketeurs envisageaient d’utiliser l’IA pour la rédaction de contenus, mais en novembre, seulement 26% l’avaient effectivement mise en pratique.



Sanchit Shangari illustre même les 10 malentendus les plus courants en matière de marketing et IA.



Certaines statistiques disponibles semblent démontrer que l’IA générative rend les gens plus productifs dans de multiples disciplines.

Oui mais ! Ethan Mollick, professeur de renom à Wharton et qui étudie l’impact de l’IA sur le travail et l’éducation, souligne une constante : l‘IA booste notablement les performances des moins performants. Toutefois, elle est souvent évaluée par rapport à une moyenne ou à l’excellence. Il serait plus judicieux de maximiser cet effet de nivellement, plutôt que de se focaliser uniquement sur les comparaisons avec les élites du domaine.

­
Côté Régulateur(s), la CNIL a publié son rapport annuel. Guillaume Champeau se demande si elle fait encore peur à quelqu’un ? Il met en évidence un contraste significatif entre les 36 amendes infligées par la CNIL et les 367 amendes de son homologue espagnol sur la même période. Sans oublier, le peu de réaction au magnifique revirement de la Commission européenne le 10 juillet dernier sur Google Analytics (notre résumé ici).

L’Europe qui fait toujours couler beaucoup d’encre sur son projet EUCS, sur un cloud européen et qui pourrait impacter vos prochaines décisions d’hébergement de vos infrastructures. La réponse aura lieu en juin, et en coulisse, cela s’active

Parallèlement, la pénurie d’espace dans les centres d’hébergement européens s’intensifie, exacerbée par une forte demande en IA et des options d’expansion limitées. Kevin Restivo de CBRE estime que les taux de vacance dans les grands marchés européens diminueront à 8,2% en 2024. Du jamais vu ! Stijn Grove (Dutch Data Centre Association) critique lui, l’appel à la « souveraineté » européenne en matière de cloud et d’IA, considérant les défis posés par la domination des géants technologiques américains et chinois et par les problèmes de congestion du réseau électrique et de zonage.

L’autre grand sujet de la semaine concerne TikTok.
En Europe, en début de semaine, la Commission européenne a menacé de sanctions après avoir identifié que TikTok Lite, une application qui rémunérait les utilisateurs en fonction du temps passé devant les écrans, posait de sérieux risques pour la santé mentale et  favorisait l’addiction chez les utilisateurs. En réponse, TikTok Lite a suspendu son système de récompenses dans l’UE.


Aux États-Unis en revanche, ByteDance, la maison mère de TikTok, n’a pas cédé à l’injonction de l’administration Biden. Le Sénat américain a adopté le « TikTok Bill« , signé par le président Biden, qui oblige ByteDance à vendre TikTok sous douze mois ou à faire face à une exclusion des boutiques d’applications Apple et Google. ByteDance a répondu fermement qu’elle n’avait pas l’intention de vendre l’application. Et dans la foulée, réponse du berger… selon un rapport du Wall Street Journal, le gouvernement chinois a ordonné à Apple de retirer WhatsApp (Meta) et Threads de la version chinoise de l’App Store.


Du côté des acteurs, cette semaine :

Apple vient de racheter Datakalab, start-up française qui travaille sur des algorithmes moins gourmands capables de tourner sur un smartphone. C’est la 34ème startup que la firme à la pomme rachète depuis 2023 et qui confirme l’arrivée prochaine d’un assistant numérique directement dans votre iPhone. Cela aura un impact sur vos publics. On en parle ici souvent.

Open AI, éditeur de ChatGPT, rajoute l’affichage des sources à ses réponses…




… et continue de faire la promotion de son outil de génération de vidéo, Sora, qui honnêtement continue de bluffer tout le monde. Regardez cette vidéo de présentation de TED2064 (cf. infra)


Meta a tapé un grand coup avec son modèle Llama. L’expérience utilisateur restera un sujet. Voir par exemple ici, la différence de vitesse de réponse entre Llama 3 et GPT4 en utilisant Groq qui vous permet de tester plusieurs modèles. Comme le souligne Martin Pavanello : “Hâte de voir dans 10 ans si on se retournera en disant : quoi, ton LLM ne te répondait pas instantanément ?”


Côté Marques et Institutions

– Indéniablement, la nouvelle de la semaine vient de Coca ! La firme vient de conclure un accord de 1,1 milliard de dollars sur 5 ans avec Microsoft pour l’utilisation de ses services d’intelligence artificielle

C’est un investissement stratégique majeur qui englobe l’utilisation de l’IA de Microsoft dans toute la chaîne de valeur de Coca-Cola, depuis les opérations internes jusqu’au service clientèle, en passant par la gestion de la chaîne d’approvisionnement mais aussi l’automatisation des processus, l’analyse prédictive, et la personnalisation du marketing.

Enjoy !

Alain Garnier illustre dans son live d’hier, une nouvelle fois la puissance du modèle américain -> x9 par rapport aux investissements dans l’IA de Total Energies, première capitalisation du CAC 40 (et pas vers des entreprises européennes).


Où l’on reparle d’ALBERT, le chatbot conçu par l’État français, destiné à assister les agents publics et les citoyens, repose sur une IA générative développée de manière souveraine au sein de Datalab, un incubateur affilié à la direction interministérielle du Numérique (DINUM). Utilisant des technologies open source comme LLaMA-2 de Meta et des solutions de Mistral, ce chatbot est en phase de test depuis un an. Son déploiement progressif est prévu d’ici 2026, avec l’ambition d’équiper 3000 guichets France Services de la première IA totalement souveraine dédiée au service public en Europe.

L’utilisation des ces outils pour apporter rapidement une réponse à vos publics via vos sites (moteur de recherche, chatbot) est probablement l’enjeu le plus concret à court terme. On s’y met ? Avec mesure et entraînement car les “bourdes” des chatbots, ça continue d’exister : – la ville de New YorkAir Canada, etc…


En termes de ressources

Prompts (les consignes envoyées à l’iA)

Toujours sur le principe de vous forger VOS propres convictions, Ludovic Salenne, YouTubeur de son état, partage régulièrement ses usages dans des vidéos claires. Dans celle-ci (22mn), 4 prompts sont détaillés pour gagner du temps sur les taches suivantes : résumés de documents, création de slides, compte-rendu de réunion, organisation d’un projet.
Alex Velinov teste 10 techniques issues de l’économie comportementale (domaine qui étudie les facteurs psychologiques, cognitifs, émotionnels et sociaux influençant le comportement au-delà des modèles rationnels traditionnels) pour produire des résultats de meilleure qualité. Il parle de BE Prompting.
– Des exemples d’utilisation en email marketing

Vidéo

Adobe, bien que moins visible médiatiquement, demeure un acteur majeur grâce à Adobe Photoshop AI, troisième outil le plus utilisé en France, comme le rappelle  Benoit RaphaelFirefly,(test gratuit) est jugé plus intuitif que Midjourney pour la création de visuels. Voir d’ailleurs l’utilisation de ce dernier pour vos visuels en e-commerce

Sons, Voix

Bland.ai, votre nouveau commercial (appels via IA). Démo ici. (tout comme  déjà évoqués ici : air.aitalkr)

Pour conclure, il devient de plus en plus crucial d’être prudent. Rappelez-vous de cette info, à Hong Kong où un collaborateur a été victime d’une arnaque au président. Il a cru voir en visioconférence son directeur financier lui demander de réaliser un virement de 26 millions de dollars. Fake ! Et bien voilà une technologie qui permet de faire du Face Swapping (chagement de visage) en direct dans une visio ! Tout va bien donc !


Sur ce, excellent weekend à vous !

­

En bref (ou presque)
­
🍪 Google repousse encore la fin des cookies tiers
Dans cet article, vous trouverez les informations les plus récentes concernant le report de la suppression des cookies tiers par Google. Initialement prévue pour 2022, cette décision a été repoussée jusqu’en 2025 en raison de défis techniques et réglementaires.
 
­
🔑 Les 3 clés de la réussite du marketing de contenu
Découvrez dans cet article les raisons pour lesquelles de nombreuses entreprises échouent dans leur stratégie de marketing de contenu. Grâce à une approche en trois étapes (voir image ci dessous) remédiez à cette situation, en prenant en compte l’importance de la stratégie, de la planification et du respect du processus de création pour obtenir des résultats durables.
 
­

­
🔒 Concevoir un système sécurisé
Dans cet article et dans l’infographie ci-dessous, vous trouverez les éléments essentiels pour élaborer un système sécurisé, couvrant divers aspects tels que l’authentification et la gestion des fournisseurs tiers. Mettant en avant l’importance cruciale de la protection des données et de la planification de la reprise après sinistre, ces ressources offrent un guide pratique pour les développeurs attentifs à la sécurité de leurs systèmes.
 
­

­
📶 Comment créer une landing page efficace ?
Découvrez dans cet article comment créer une landing page efficace qui intéressera vos visiteurs et les incitera à passer à l’action. Des conseils pratiques et une approche axée sur la conversion vous guideront vers la création d’une landing page efficace, optimisée pour transformer vos prospects en clients.