L'édito Tout est une question d'échelle Bonjour à tous. Long…
L'édito Listenbourg sur Metaverse…  Après une période d’accalmie, les metaverses…
Dans le cadre de son développement, l'agence RnD recherche un…
L'édito Prompt/ Vous faites quoi dans la vie ?  Je…
Agence RnD > En ce moment > Newsletter > RnD Café ☕️ – #283

RnD Café ☕️ – #283

L’édito

Dans l’attente…

Alors que pour certains de nos clients, nous commençons à migrer de Google Analytics vers des solutions alternatives de mesure d’audience, les regards restent cette semaine encore rivés vers l’attente de déclarations venant d’Outre-Atlantique (voir notre précédente news).

Pour l’instant, pas d’annonce sur de nouvelles propositions du texte américain pour répondre aux attentes de l’UE en matière de respect des données personnelles. D’ailleurs, si vous souhaitez en 2 mn chrono avoir un résumé des textes européens DSA et DMA par Grimault Valat, avocat, c’est ici.

Vous lisez souvent ici des informations sur le sujet de la souveraineté numérique. Mais quel rapport avec le marketing numérique ? Un résumé didactique – mais orienté – des enjeux de cette souveraineté (définition, exemples et matière à réflexion) à lire ici nous rappelle que ce sujet couvre nos données, celles de vos visiteurs et ce que les plateformes en font (et feront).

Par extension à ces sujets, on voit poindre sous un autre axe le fait pour une marque de cautionner ou non le comportement de certaines plateformes : la gestion des données, mais aussi leur influence sur un public particulier, la propagation des fakes news, etc… A noter sur ce registre la posture courageuse de la marque anglaise Lush qui a pris la décision fin 2021 de se retirer des réseaux Facebook et Instagram (avec près de 11 millions de followers). Perte estimée : plus de 10 millions £. Explications.

Revenons à la souveraineté. Cela ne touche pas que la France. Le Royaume Uni examine les positions dominantes des GAFA depuis peu. Et cela n’est pas au goût de tous. A noter que la part de marché des acteurs européens du cloud (hébergement) est passée de 27% en 2017 à 13% sur le premier trimestre 2022 au bénéfice de – vous l’aurez deviné – Amazon (AWS), Microsoft (Azure) et Google.

Sur le front Web3, cette semaine voit apparaître d’éventuels nouveaux usages :
– Soirée événementielle pour 20 minutes (Metaverse Decentraland),
– L’industrie automobile imagine la méta-mobilité (!) avec par exemple Renault (Metaverse Sandbox)
– L’avenir du bureau virtuel

Alors que cet été Gartner publiait sa mise à jour annuelle de sa courbe des nouvelles tendances (expériences immersives, intelligence artificielle, diffusion simplifiée des briques techniques…), McKinsey a publié la semaine dernière un article complet sur leur vision du Web3 avec ce titre : Web3 au-delà du battage médiatique. A lire si vous souhaitez un peu de recul de bon aloi sur tous ces sujets avec les vraies opportunités (décentralisation, droits d’auteurs, blockchains, token, smart contracts) mais aussi les points de vigilance (gouvernance, expérience utilisateurs, sécurité, respect des données personnelles) car certaines promesses sont encore fragiles.

Et un édito ne serait pas complet sans le 127e rebondissement concernant l’avenir de Twitter. Le procès qui oppose Twitter à Elon Musk pour avoir retiré son offre a fait ressurgir des pièces, dont plusieurs conversations sms d’Elon Musk avec les influents de la tech US. Il aura fallu attendre quelques jours pour le voir le 128ème rebondissement arriver : finalement Elon maintient son offre d’avril et se porte acquéreur (= plus de procès et l’action a bondi mercredi). Mais cela n’est pas sans risque pour le milliardaire. Quel sera donc l’avenir de ce réseau ? Les objectifs anti fake news seront-ils tenus ? En tant que marque, devrez-vous réinvestir ce média ? Vous le saurez lors du 129ème épisode.

Sur ce, bonne lecture et bon week-end.

A retenir cette semaine

Le manque d’innovations en e-commerce se fait sentir… et fait fuir

Le manque d'innovations en e-commerce se fait sentir… et fait fuir

Les attentes des consommateurs vis-à-vis des marques sont de plus en plus importantes et complexes (parfois paradoxales, disons-le). En e-commerce, un rapport de Commercetools révèle que les clients issus des générations Millenials et Z sont prêts à fuir une marque si cette dernière tarde à innover. Et les impacts peuvent être conséquents… tout comme les décalages !

  • Attentes consommateurs VS investissements d’entreprises

Près de 3 acheteurs sur 4 sont prêts à changer de site marchand s’il ne propose pas une expérience commerciale qui colle à leur attentes : évolution des préférences des clients, des options de paiement et des appareils numériques. En parallèle, 45% des chefs d’entreprises interrogés dans les quatre coins du monde déclarent ne consacrer “qu’un montant minimum de leur budget à l’amélioration ou à l’expansion des solutions de commerce”. Aïe, ça commence à coincer et c’est là que le paradoxe commence côté entreprises.

En effet, 74% des répondants reconnaissent que cette incapacité à adopter des solutions commerciales modernes aura un impact négatif sur certains domaines d’activité de l’entreprise dont l’expérience client (41%) et la fidélisation (28%). 40% vont plus loin et estiment que les solutions marchandes proposées actuellement sur leur site e-commerce “entravent la vente de leurs produits ou services.” Ce qui coince pour la moitié des cas, c’est le budget. Si le coût est le frein principal à la mise en œuvre, il y a également le manque de connaissances sur l’utilisation de nouvelles fonctionnalités et la difficulté d’intégration de ces dernières.

  • État des lieux sur les solutions marchandes proposées

Disons les choses clairement : là où les consommateurs en ligne sont de plus en plus exigeants, les entreprises sont à la traîne.

  • 55% des entreprises ne proposent pas plusieurs méthodes de paiement
  • 16% proposent l’achat immédiat et le paiement différé
  • 25% proposent la livraison le lendemain
  • 21% développent un programme de fidélité

Bien entendu, toutes les entreprises ne sont pas sur le même pied d’égalité. Amazon, l’un des champions du e-commerce, renforce sa puissance. En 2021, le géant a réalisé un chiffre d’affaires de 9 milliards d’euros dans l’hexagone, soit une croissance de 23%. 55% de son activité est réalisée sur sa marketplace.

  • Le futur de l’e-commerce se dessine (légèrement)

Autant dire que du côté du Web3, c’est encore une autre histoire. Seulement 10% des entreprises proposent la possibilité d’acheter en réalité virtuelle ou augmentée ou encore l’achat à la commande vocale. 11% proposent des achats dans le metaverse (qui pourrait bien bouleverser le futur du service client). Ces domaines sont des pistes de réflexion pour peu d’entreprises actuellement (environ 1/5).

Autre sujet sur le futur du paiement : l’euro numérique. La Banque Centrale Européenne a choisi cinq partenaires pour le tester, dont Amazon. Le but : tester la fiabilité de l’utilisation de l’euro numérique développée au travers de cinq prototypes. Le géant américain, lui, sera chargé du cas d’usage relatif aux paiements sur les sites d’e-commerce. Rendez-vous en 2026 si les résultats sont concluants !

Il est donc temps pour les entreprises e-commerce de mettre les bouchées doubles pour satisfaire les attentes des jeunes consommateurs. Elles en sont conscientes puisqu’elles ont peur de perdre la fidélité des générations Y et Z. Fidélité qui passe notamment par le levier de la personnalisation, de plus en plus important : “Les consommateurs recherchent, au-delà du produit acheté, des émotions à vivre et à partager pour nouer une relation unique avec leur marque préférée”.

On ne le répètera jamais assez, si vous n’innovez pas, vos concurrents le feront à votre place : “Quiconque pense qu’il peut rester assis sans rien faire et ne pas évoluer face à des demandes changeantes sera bientôt en faillite” – Jen Jones, Directrice marketing de Commercetools.

👉 Notre équipe Développement web vous aide sur ces sujets 💬

En bref (ou presque)

  • 📱 Données personnelles et confidentialité : qu’en pensent les utilisateurs ?

L’institut de sondage YouGov et les spécialistes de la publicité contextuelle Seedtag et Adtech viennent de réaliser une enquête sur près de 3000 personnes en Europe sur la préoccupation des consommateurs en matière de confidentialité (cookies) et leurs attitudes vis-à-vis de la publicité. Résultat : 53% des personnes interrogées modifient leurs cookies afin de rejeter leur collecte sur les sites web. En parallèle, près de 58% des personnes interrogées sont prêtes à consommer des publicités en échange de contenu gratuit pour éviter de payer un abonnement ou un article. Avec les évolutions de la société, les données personnelles deviennent un réel enjeu pour les utilisateurs, et des solutions arrivent sur le marché pour répondre à ce besoin : exemple avec brave. Il s’agit d’un nouveau navigateur qui va proposer de “bloquer les bannières de consentement au dépôt de cookies”.

  • 🔒 Quel est l’équilibre entre la protection en ligne et la limite de la vie privée ?

Cette semaine, plutôt que de parler des nouveautés sur les réseaux sociaux nous allons parler des propositions concrètes pour “permettre le rééquilibrage des forces en faveur des utilisateurs” sur les réseaux sociaux. L’objectif de cette étude est de redonner le contrôle à l’utilisateur, garantir la protection, obtenir une régulation efficace, préparer demain… La CNIL est de plus en plus vigilante sur la vérification de l’âge en ligne, mais encore faut-il trouver l’équilibre entre protection et vie privée.

  • 📈 Classement des marques les plus influentes en ligne

Visibrain vient de publier son étude et classement des 30 marques les plus influentes de cette année 2022. Apple perd la première place au profit d’Instagram (665 millions d’abonnés) qui a su se renouveler avec les formats vidéo qui représentent 120611 interactions par post en moyenne. Les sujets de société confèrent au réseau également une très forte visibilité. De son côté, Social Media Today vient de partager son infographie sur le top 10 des statistiques à connaître pour LinkedIn et les possibles stratégies marketing via ce canal.

Une dispute et un ransomware en liberté. Le collectif de pirates Lockbit, connu en France pour avoir attaqué l’hôpital de Corbeil-Essonnes, est en crise. Suite à une dispute interne en raison d’un paiement, un développeur a mis en ligne leur propre logiciel malveillant. Il est considéré comme l’un des plus efficaces sur le marché en ce moment pour dérober et piéger les victimes. Dans vos entreprises, êtes-vous préparés à ces attaques ? Si vous souhaitez tester vos équipes sur le phising, parlons-en !

  • 📈 [RH] Calendly développe son offre avec le rachat de Prélude

Calendly, qui est utilisé par plus de 10 millions de personnes (pour gérer les rendez-vous), vient d’acquérir Prélude, un spécialiste de l’automatisation de la planification et de l’organisation autour de la thématique du recrutement pour 3 milliards de dollars. Calendly développe une stratégie globale pour enrichir son offre.

  • 🤖 L’intelligence Artificielle génère les visuels de demain

L’intelligence artificielle ne cesse de s’améliorer. Le parfait exemple, ce sont les images générées par cette intelligence artificielle. On en a beaucoup parlé. Dall-E 2 vient d’ouvrir son accès au grand public. Il est désormais possible de créer des logos via IA et d’avoir accès à des banques d’images totalement générées par IA avec, par exemple, stockai. Les acteurs traditionnels comme Getty Images s’agitent. Ce dernier vient d’interdire l’utilisation d’images créées ou partiellement créées via Intelligence Artificielle dans sa base (pour des raisons de copyrights).

Newsletter

Chaque vendredi matin, retrouvez une synthèse des informations du marketing digital à replacer lors de votre prochaine réunion.