📌 Sommaire Open AI défie Google5 sujets à surveiller dans…
Point de départ Dans l'univers numérique, nos actions quotidiennes sont…
Avis de grands changements Bonjour à toutes et à tous.…
RAGTime Bonjour à toutes et à tous. Cette semaine, deux…
Agence RnD > En ce moment > Newsletter > RnD Café ☕️ – #299

RnD Café ☕️ – #299

L’édito

Les réponses des bergers…

Nous remercions la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (FEVAD) d’avoir publié les chiffres de l’e-commerce en France cette semaine (voir notre article 👇). Cela nous permet de démarrer par autre chose que ChatGPT, mais les faits sont là : une semaine encore consacrée presque exclusivement à l’intelligence artificielle.

Dès mardi, les annonces se sont donc enchaînées.

Google d’abord. La réponse du berger ne s’est donc pas fait attendre, … mais non sans couac. Bard, c’est son petit nom, est le chatbot de Google qui s’appuie sur son modèle LaMDA. Il sera dans un premier temps (?) uniquement accessible à des testeurs triés sur le volet et s’intègrera dans la page actuelle de Google pour ne pas trop impacter ses revenus publicitaires.

Leur démonstration en direct le lendemain n’a pas suscité l’effet escompté. Une erreur factuelle dans la réponse présentée et en quelques heures, 100Md$ qui se sont envolés en bourse. Et oui, désormais, cela ce passe comme ça ! Exponentialité

Mais même sans cela, la position de Google reste délicate. 
Explication ici en 5 points. Plusieurs impacts possibles sur : 

  • sa part de marché dans la recherche,
  • ses revenus publicitaires,
  • sur les contenus,
  • sur son image,
  • sur la pertinence de ses résultats.

Le même jour, Baidu, le moteur de recherche chinois, a présenté au monde Ernie, son chatbot intelligent. Et Alibaba ne s’est pas laissé voler la vedette…

Puis est venu le tour – avec un peu d’avance – de Microsoft de présenter les premiers exemples de l’intégration de ChatGPT dans son moteur BingInscription sur liste d’attente ici.

De toutes façons, tous les GAFAM sont dessus (liste des projets en cours ici).

Pour revenir sur ChatGPT, si vous vous intéressez à sa genèse, encore un excellent article du New York Times qui vous entraine dans les coulisses d’OpenAI, le 15 novembre dernier. 

Un email du fondateur, Sam Altman, tombe : « Sortez un chatbot, … vite ! ». Il sentait la guerre de l’IA prendre une nouvelle tournure. La suite vous la connaissez. Ce que l’on sait moins, c’est le peu d’enthousiasme que cette injonction suscita en interne. Toute la société était tournée vers le lancement de GPT4, le nouvel algorithme, et estimait que sortir un chatbot avec un moteur obsolète (!) comme GPT3 serait un échec… Ca promet.

Du côté des usages sur nos métiers du marketing numérique :

  1. A noter l’arrivée de formations pointues sur l’utilisation de chatGPT dans un contexte professionnel marketing (disclosure : je connais bien Raphaël et je suis son travail depuis plus de 25 ans !)
  2. Votre flux LinkedIn a probablement regorgé de contenus sur ChatGPT. Celui-ci mérite d’être stocké car il recense déjà plus de 35 outils concrets utilisant l’IA en marketing.
  3. Les utilisateurs testent de plus en plus de configurations et certains exemples montrent qu’il est possible de contourner les barrières éthiques de ChatGPT (à ne pas tester, vous pourriez être banni)
  4. Le régulateur européen s’intéresse à la question.

John Battelle, journaliste influent dans la tech aux US et fondateur du magazine Wired, se demande si les innovations en IA générative, comme ChatGPT et LaMDA (Google), sont des plateformes technologiques comme Windows, iOS ou Internet ou simplement des produits tels que Google Docs et Instagram. Les actions d’OpenAI, comme son intégration avec Microsoft, laissent penser à une poursuite du modèle de plateforme. Où l’on reparle donc des APIs.

Pour finir, une information stratégique : 42% des hommes américains prévoient d’utiliser ChatGPT mardi soir pour écrire à leur Valentine (contre moins de 20% pour les femmes). La fin du monde est proche.

Sur ce bon week-end et bon match demain 🏉 🇮🇪 vs 🇫🇷 !

Du côté de RnD

RnD et France Climat

Lorsqu’un de nos anciens clients se lance dans l’aventure entrepreneuriale avec un concept novateur axé sur les données utiles et actionnables, nous sommes fiers qu’il nous ait choisis pour construire sa plateforme.

A suivre…

A retenir cette semaine

Bilan 2022 du e-commerce français

Bilan 2022 du e-commerce français

La FEVAD (Fédération e-commerce et vente à distance) a publié cette semaine le bilan français 2022 de la vente à distance. Dans son ensemble, elle a connu une croissance dynamique. 

  • Les chiffres clés

Le secteur du e-commerce, produits et services, a enregistré une hausse de 13,8% sur un an pour atteindre 146,9 milliards d’euros. Au total, 2,3 milliards de transactions ont été enregistrées (+6,5% en un an) pour un panier moyen de 65€ (+6,9%). Plus de 10 000 nouveaux sites marchands ont fait leur apparition.

  • L’e-commerce porté par la vente de services

Si l’e-commerce a connu une croissance dynamique l’année dernière, c’est principalement grâce à la vente de services (transports, tourisme et loisirs notamment). En effet, ce secteur est en hausse de 36% par rapport à 2021. Le secteur des produits, lui, est en recul de 7%. Il reste tout de même en hausse de 33% par rapport à 2019 et représente 12,5% du commerce de détail.

  • Et le mobile dans tout ça ?

Les ventes sur mobile de l’iCM (CA réalisé en propre sur smartphones et tablettes numériques dans le cadre des sites mobiles et applications, hors téléchargements) progressent de 8%.

Dans le monde, sur plus de 1 000 milliards de dollars dépensés sur les sites marchands en 2022, les achats e-commerce réalisés via mobile ont accaparé près de 40% des dépenses de détail au T4 2022. L’influence de ce device grandit et est à l’origine de l’émergence de certaines opportunités comme le social commerce.

  • L’e-commerce et l’UX

Vous êtes vous demandé ce qui a guidé vos choix sur vos derniers achats e-commerce ? Certains sites utilisent des dark patterns, ces mécanismes issus du design d’interface ayant pour but de piéger les internautes. Sur une opération “coup de balai », la Commission européenne et les autorités nationales de protection des consommateurs de 23 États membres ont testé 399 boutiques en ligne. Il en est ressorti que 148 d’entre elles utilisent au moins l’une de ces trois interfaces truquées : 
 

  1. Faux compte à rebours ;
  2. Présentation visuelle qui oriente les consommateurs vers des choix très précis (des abonnements, produits ou choix de livraison plus chers par exemple) ;
  3. Dissimulation ou minimisation d’informations : frais de livraison, composition des produits, disponibilité d’une option moins coûteuse.

En bref (ou presque)

  • 🖥️ Le marché français de la publicité digitale en 2022

D’après le 29e observatoire de l’e-pub, le marché de la publicité digitale français enregistre un CA de 8,5 milliards d’euros en 2022, soit une croissance de +10% par rapport à 2021 et de +42% depuis 2019. Tous les leviers progressent, notamment le Search qui connaît la croissance la plus forte.

Non sans surprise, le trio Google/Méta/Amazon représente ⅔ du marché… Est-ce que c’est en passe de changer ? Une étude de l’UE intitulée “vers un écosystème de la pub digitale plus transparent, équilibré et durable” met les pieds dans le plat selon Petitweb. Trois objectifs : rééquilibrer le marché, renforcer le contrôle des individus sur leurs données, améliorer la transparence.

  • 📱  Les réseaux sociaux devenus incontournables pour les PME

Selon une étude menée par GetApp91% des PME prennent leur stratégie social media au sérieux. Plus encore, 44% d’entre elles jugent que l’utilisation des réseaux sociaux est nécessaire pour maintenir leur activité. Les plateformes privilégiées sont le “trio classique” : Facebook (62%), Instagram (55%) et LinkedIn (44%).

  • 🤖 L’IA au service du metaverse

Selon Cathy Hackl, auteur de l’ouvrage “Into the Metaverse : The Essential Guide to the Business Opportunities of the Web3 era”, l’intelligence artificielle va contribuer à créer des environnements métavers plus interactifs à l’avenir

Sébastien Borget, cofondateur et directeur d’exploitation de The Sandbox, nous donne un exemple avec les avatars. L’IA peut apporter des animations qui expriment des émotions aux jeux vidéo et aux mondes virtuels pour que les avatars soient plus réalistes et personnalisés. Les utilisateurs pourront alors les animer par des mouvements de danse personnalisés et des interactions physiques affichées dans la réalité. Ca promet !

  • 👟 Collaboration Nike et Tiffany & Co : l’IA générative provoque un tollé marketing

Vu chez Superception cette semaine, la collaboration entre Nike et la marque de luxe Tiffany & Co a fait un flop sur les réseaux sociaux. Les internautes, déçus, ont soulevé le fait que plusieurs d’entre eux avait fait créer des produits imaginaires issues de cette collaboration beaucoup plus attrayants… grâce à l’IA générative. 👇

Exemple d'IA générative Nike et Tiffant & Co
Newsletter

Chaque vendredi matin, retrouvez une synthèse des informations du marketing digital à replacer lors de votre prochaine réunion.