Nettoyage de... rentrée Cette semaine, nous mettons en application une…
Comme vous le savez, sur chaque newsletter du vendredi nous…
Reprise En cette semaine où tout s'accélère (vous l'avez senti…
Comme vous le savez, sur chaque newsletter du vendredi nous…
Agence RnD > En ce moment > Newsletter > La News du vendredi 03/09 – #233

La News du vendredi 03/09 – #233

Les infos de la rentrée…

La rentrée officielle, la vraie, celle avec les t’as ton tanns, c’était hier.

Mais côté numérique, cette semaine de rentrée a commencé avec une info venant des GAFA : Google fait appel de la décision de la justice française qui avait infligé une amende record de 500 millions d’euros sur le sujet des droits voisins (voir notre newsletter du 16/07). A suivre donc.

Et par ailleurs : 

  • La FEVAD a publié lundi son bilan de l’E-Commerce en France
  • Pas de rentrée en B2B sans votre stratégie sur LinkedIn
  • Un point sur la gestion des data propriétaires
  • Désinformation : comment tenter d’éradiquer ce fléau ?

Bonne lecture et bon week-end.

PS : 2 coquilles lors de la dernière news = 2 nouveaux arbres plantés dans notre forêt.

A retenir cette semaine

Marketing B2B : faire de LinkedIn une priorité

Marketing B2B : faire de LinkedIn une priorité

LinkedIn affichait une directive claire début 2021 : le retour à la croissance. C’est un pari réussi pour le réseau social professionnel : il figure parmi les dix marques à la croissance la plus rapide du monde.

Avec cette infographie, on comprend effectivement pourquoi ce réseau est devenu une véritable priorité dans les stratégies B2B.

Des membres à travers le monde
LinkedIn compte près de 775 millions de membres, plus de 55 millions d’entreprises et 2,9 millions de groupes à travers plus de 200 pays et territoires. Concrètement, ce sont trois nouveaux utilisateurs professionnels qui s’inscrivent sur la plateforme chaque seconde.

Une croissance impressionnante
L’activité publicitaire de LinkedIn a été multipliée par cinq au cours des cinq dernières années. Elle croît trois fois plus vite que les autres réseaux sociaux de sa catégorie. Ce trimestre, la publicité sur le réseau a généré plus d’un milliard de revenus.

Un environnement de confiance
LinkedIn a été élu le réseau social de confiance n°1 par Business Insider trois années de suite. Après une publicité sur la plateforme, les marques sont mieux perçues : plus qualitatives (50 %), plus professionnelles (92 %), plus intelligentes (74 %) et plus respectables (59 %).

Une aide pour le business
Chaque mois, plus d’un milliard d’interactions prennent place sur les pages LinkedIn. 

96 % des marketeurs B2B utilisent la plateforme pour partager du contenu. 

Ce qui n’est pas nouveau c’est que LinkedIn reste le plus grand réseau professionnel en ligne au monde. Ce qui l’est plus, c’est que toute stratégie d’acquisition B2B ne peut plus s’en passer ; la plateforme est presque omniprésente en tant que canal de marketing de contenu.

On pense aux publications, mais aussi :

  • Aux évènements : 6,3 millions de membres ont assisté à des évènements virtuels depuis le lancement en 2020 ;
  • Au direct : les flux LinkedIn Live ont augmenté de 89 % depuis mars 2021 ;
  • Aux messages sponsorisés qui génèrent deux fois plus d’engagement et de taux d’ouverture que les emails.

A vos profils !

Collecter des données propriétaires… oui, mais attention à la surchauffe

Collecter des datas propriétaires... oui, mais attention à la surchauffe

« 90% des responsables marketing déclarent que la donnée propriétaire est un élément central de leur stratégie. Or, seulement 1 % d’entre eux utilisent cette donnée pour améliorer leur expérience client. »

Cette phrase issue d’un article de Google sonne juste et souligne le décalage entre le discours sur les données, la réalité de la collecte et l’usage réel qui en est fait.

L’article s’appuie sur des retours d’expérience de Orange Bank, Jellyfish et Se Loger, et rappelle les conseils suivants :

1. A l’heure des débats sur les cookies, il est plus que jamais nécessaire de s’appuyer sur les données que vous collectez pour cibler au mieux les prospects et ainsi offrir un parcours personnalisé. L’objectif : réduction des coûts et indépendance.

2. La vraie valeur de la donnée dite propriétaire vient de sa capacité à vous permettre de manière indépendante de prendre de meilleures décisions marketing.

3. Il faut être focalisé uniquement sur la donnée importante qui mérite d’être collectée. Celle-ci va permettre de déclencher le business souhaité. « Le business doit guider vos prises de décisions« . 

Mais si la donnée est centrale, beaucoup d’informations collectées ne sont pas exploitées, ce qui génère : 
1. Une fatigue générée par le traitement de données ;
2. L’irritation des utilisateurs sur le partage des informations personnelles. 

Comme le résume l’illustration ci-dessous, collecter d’accord mais quoi ? Comment la ranger et la structurer et, surtout, quelle histoire on en ressort pour quelles actions opérationnelles ? 

Les différentes visualisations de la data

Et, dans le pire des cas, comme le souligne Dell Technologies qui vient de publier les résultats d’une enquête sur « la data au sein des entreprises », il s’avère que la surcharge de données et l’incapacité à les analyser sont le troisième obstacle majeur à la transformation digitale.

Brèves

  • La French Tech dépassera-t-elle les 10 milliards d’euros levés en 2021 ? C’est en bonne voie puisque de janvier à juin 2021, l’écosystème a levé 5,14 milliards d’euros soit presque autant que sur toute l’année 2020. Sous les projecteurs mercredi, ContentSquare, qui après avoir réalisé la plus grosse levée de fonds de la French Tech, rachète Hotjar (outil d’analyse des parcours pour sites web que nous vous proposons régulièrement dans nos audits). Il faut dire que partout dans le monde, si le nombre d’investissements dans les start-ups reste stable, les montants levés, eux, explosent comme l’indique le graphique ci-dessous. 
Investissements start-ups

Le chiffre de la semaine

2 millions

C’est le nombre de créateurs de contenu monétisés sur YouTube dans le monde.

La plateforme vidéo annonce avoir franchi ce cap fin août. En France, le pourcentage de chaînes générant un revenu à cinq chiffres ou plus est en hausse de 30 % entre juin 2020 et juin 2021.

Le sondage de la semaine


Selon vous, quel est le chiffre d’affaires du secteur E-Commerce (produits et services) en France pour l’année 2020 ? 

➡️ Répondre

Cette semaine chez RnD

Jeu concours 40 ans BigMat

RnD a mis en ligne cette semaine un jeu concours dans six pays à l’occasion des 40 ans de BigMat.

Le but ? Prendre une photo avec un conseiller en point de vente la plus originale possible. A vos selfies !

Et parce qu’il n’y a pas que le marketing numérique…

Les chiffres clés de l’E-Commerce 2021

Les chiffres clés de l'E-Commerce 2021

Mardi, la FEVAD (Federation E-Commerce et Vente à Distance) a partagé  « les chiffres-clés du E-Commerce« , l’édition 2021 de son rapport annuel sur l’état du marché.

L’étude revient en détail sur l’année 2020 qui restera évidemment impactée par la crise Covid et les dispositions que les entreprises ont dû prendre pour pouvoir continuer à vendre leurs produits.

Dans les grandes lignes :

  • Le secteur de l’E-Commerce reste positif avec une croissance de 8,5 % du chiffre d’affaires (nouveau record).
     
  • 1,84 milliard de transactions ont été réalisées en ligne en 2020, soit 5,8 % de plus qu’en 2019.
     
  • Les dépenses des Français sur Internet ont atteint 112Mds€.  Le grand gagnant ? Amazon avec 1 cyberacheteur sur 2, loin devant la Fnac (24 %) et CDiscount (17 %). Sans surprise, ce sont les équipements high tech qui sont les plus attractifs suivis par l’électroménager, les produits culturels, les vêtements et enfin les produits de grande consommation. 
     
  • Le Covid a permis de générer 1,5 million de nouveaux acheteurs. Cela amène donc à 41,6 millions de Français achetant en ligne, soit 81,4 % de la population. 
     
  • Le mobile devient encore plus important : 17,1 millions de Français réalisent des achats via mobile.

Malgré ces bons chiffres, le contexte a également très violemment défavorisé certains secteurs comme le tourisme de manière très logique.

A noter que l’E-Commerce génère également de nombreux emplois sur le terrain : 53 % des sites ont augmenté leurs effectifs en 2020.

Pour la vente en ligne et les différents confinements, les méthodes de livraison ont également été adaptées. La livraison à domicile reste privilégiée, mais le recours au click & collect devient une solution importante. 

Toutes ces évolutions sont là pour durer ! « 34 % des clients interrogés estiment que la crise les a conduits à commander davantage en ligne ; 70 % d’entre eux estiment que cette évolution est désormais acquise« .

Enfin pour terminer, les acheteurs en ligne Français sont à 64 % favorables au regroupement des commerçants de proximité sous un seul site internet. Nous dirigeons-nous vers un Amazon Français ? 

Désinformation : le fléau des réseaux sociaux

Désinformation : le fléau des réseaux sociaux

Il n’est malheureusement plus nécessaire de décrire le phénomène des fake news (ou si l’on s’y autorise, les fuck news comme le décrit le romancier d’anticipation Alain Damasio dans son dernier roman « Les Furtifs« ).

La crise sanitaire a évidemment été un sujet de prédilection pour la propagation de ces contenus. Cette semaine, plusieurs mentions se sont interrogées : les plateformes sociales en font-elles assez pour lutter contre la désinformation ? Des mesures sont prises mais ne convainquent toujours pas.

Facebook : Au mois de juillet, le président américain Joe Biden déclarait que des plateformes comme Facebook « tuent des gens«  à cause de la propagation de fausses informations liées au Covid-19. Selon un chirurgien, elles incarnent « une menace sérieuse pour la santé publique« .

Après de nombreux échanges tendus avec l’administration Biden, Facebook a affirmé le 18 août dernier que ses efforts pour promouvoir la vaccination étaient efficaces. Parmi les mesures :

  • La mise en avant des sources qui font autorité ;
  • Le recours à une liste de 65 idées erronées dont se servent les systèmes de détection automatisée et les modérateurs.

Résultat, Facebook et Instagram annoncent avoir supprimé 20 millions de contenus et plus de 3 000 comptes, pages et groupes.

Twitter : De son côté, Twitter annonçait le mois dernier tester un outil de signalisation des contenus trompeurs. Dans sa ligne de mire, entre autres, les sujets de santé.

Depuis le mois de mars, dès qu’un utilisateur est signalé cinq fois ou plus pour désinformation liée au virus, il se voit banni.

YouTube : La plateforme vidéo défend son processus de modération des contenus liés à la pandémie. Depuis qu’elle a commencé, YouTube affirme avoir supprimé plus d’un million de vidéos relayant une « désinformation dangereuse sur le coronavirus« . 

Si les réseaux sociaux sont blâmés de part et d’autre sur la désinformation liée au Covid-19, ce n’est pas tout ! En effet, Les Etats-Unis (plus particulièrement un procureur de l’Etat de New-York) les appellent à renforcer leurs actions de lutte contre la propagation de faux certificats de vaccins.

Brèves

  • Pendant ce temps là, en Chine…
    Selon‌ ‌le‌ ‌48e‌ ‌rapport‌ ‌statistique‌ sur‌ ‌le‌ ‌développement‌ ‌de‌ ‌l’internet‌ ‌en‌ ‌Chine‌, l’Empire du Milieu a franchi le cap du milliard d’internautes en juin, favorisé par la pandémie. Sur le domaine de l’encadrement des données personnelles (hum, hum…), elle a adopté le 20 août dernier la loi PIPL, perçu comme proche du RGPD européen à ceci près qu’il ne concerne pas l’Etat ! Autre mesure hallucinante annoncée cette semaine, cette fois-ci sur les jeux vidéos. Désormais, interdiction de passer plus de trois heures par semaine (soit du vendredi au dimanche, de 20h à 21h) à jouer pour les mineurs (reconnaissance faciale à l’appui… brrr).
     
  • Google devrait débourser environ 15 milliards de dollars à Apple pour rester le moteur de recherche par défaut sur ses produits. Selon le New York Times, « une grande majorité du trafic de Google provient des appareils Apple« . Sachant que la publicité en ligne ne cesse d’augmenter et a atteint des chiffres à hauteur de 104 milliards de dollars (soit 57 % des revenus d’Alphabet, maison mère de Google), nous pouvons comprendre plus facilement cette envie de rester moteur de recherche privilégié de la marque à la pomme.
     
  • Selon le baromètre Acast, le podcast fédère toujours plus. 4,4 millions, il s’agit du nombre d’auditeurs en France certifiés par mois écoutant des podcasts. Apple Podcast reste la plateforme préférée des Français avec 41,5 % des auditeurs. De nouveaux acteurs tels que SpotifyDeezer et Podcast Addict arrivent sur le marché avec respectivement 20,9 %, 8,1 %  et 5,5 %. Son utilisation se démocratise également, des entreprises investissent de plus en plus dans le podcast. Les secteurs de la banque et de l’assurance en sont le parfait exemple.
     
  • Encore Google… Le géant vient de repousser le retour obligatoire en présentiel de ses collaborateurs à janvier 2022 suite à la propagation du variant Delta. Le retour à la normale va devoir attendre dans la Silicon Valley. Facebook, Apple et Amazon ont fait des annonces similaires, alors que Twitter a offert un télétravail indéfini pour les collaborateurs le souhaitant. 
     
  • Telegram a fait le buzz, il y a de ça plusieurs années, avec sa proposition de messagerie instantanée sécurisée. Malgré les menaces de plusieurs pays essayant de lutter contre cette application, aujourd’hui Telegram représente plus d’un milliard de téléchargements dans le monde selon Sensor Tower. Cette évolution est notamment due aux critiques récentes envers WhatsApp. En terme d’utilisateurs actifs, on parle de 500 millions par mois alors que WhatsApp caracole à… 2 milliards par mois !
Newsletter

Chaque vendredi matin, retrouvez une synthèse des informations du marketing digital à replacer lors de votre prochaine réunion.