L'édito Souveraineté Depuis le 24 février dernier (), le mot souveraineté n'en…
📌 En un clin d'œil L’EditoArticle : La fracture numérique,…
📌 En un clin d'œil L’EditoL'opportunité des podcasts de marqueLes…
📌 En un clin d'œil L’EditoDu côté de RnD : Hublo nous fait…
Agence RnD > En ce moment > Newsletter > La News du vendredi 25/03 – #260

La News du vendredi 25/03 – #260

Garder la tête froide

Quelle époque épique…*

L’ambiance est lourde, les décisions business s’étendent à nouveau, et les risk managers interrogés fin 2021 sont inquiets ; leurs craintes pour le business concernent principalement les risques cyber et les interruptions d’activité qui en découlent. Bonne nouvelle néanmoins, le navigateur de Microsoft, Internet Explorer (cauchemar vivant des développeurs), rend les armes et sera officiellement abandonné le 15 juin prochain.

Côté régulations, ce n’est pas l’annonce de Google concernant l’arrêt programmé de Google Analytics qui va calmer les ardeurs de la CNIL (cf article ci-dessous) et en Europe, la pression sur Meta (ex Facebook) continue avec la CNIL irlandaise (DPC) qui est en charge de leur suivi sur le respect de RGPD en Europe. Elle vient de leur infliger une amende de 18M€, autant dire rien, nada, que couic… au regard des 32,6 milliards de dollars de revenus publicitaires sur le dernier trimestre. Mais le vrai sujet pour Meta, c’est en juin et cela concerne le Privacy Shield (nous en avons parlé ici).

J’avais parlé trop vite la semaine dernière en annonçant que je n’évoquerai pas le web3 dans cette édition… C’est peine perdue. L’actualité continue de s’emballer sur ces sujets. HSBC met un pied dans le metaverse Sandbox et quand une banque s’y intéresse ce n’est pas pour planter un panneau publicitaire. Lucy & Associés publie cette semaine un zoom sur 50 NFTs créés par des sociétés : finalité, usage, …

Bonne lecture, bon week-end et bienvenue aux nouveaux abonnés !

Pour la quatrième semaine consécutive, soutien appuyé à nos connaissances et aux équipes de nos clients en Ukraine.

*Expression volée à Yolaine de La Bigne – France Info 1989 😉

A retenir cette semaine

Google Analytics 4 : une réponse pour satisfaire la CNIL ?

Google Analytics 4 : une réponse pour satisfaire la CNIL ?

Google Universal Analytics (UA) vit ses derniers jours, c’est décidé. Google l’a annoncé la semaine dernière : les propriétés UA cesseront de fonctionner dans un peu plus d’un an (1er juillet 2023 et 1er octobre 2023 pour UA 360). Google Analytics ne traitera plus les nouvelles données entrantes sur ces propriétés et les données historiques resteront accessibles six mois.

Google nous annonce donc qu’il est temps de prendre en main Google Analytics 4 (GA4).

Tous les utilisateurs sont concernés sauf ceux qui ont directement créé des propriétés sur GA4. Pour savoir si vous êtes impacté, rien de plus simple : si la propriété créée débute par « UA-xxxxxx » alors préparez-vous au changement. Notons que cette migration est lourde avec de multiples impacts : pas la même technologie, ni la même interface, désignation de statistiques connues et nouvelles statistiques, maillage tiers, etc.

Une déclaration soudaine (mais très attendue), on se demande bien pourquoi…

Serait-ce une réponse du géant de Mountain View à la CNIL ayant jugé Google Analytics illégal ? Dans tous les cas, Google assure donner la priorité à la confidentialité des utilisateurs et déclare même qu’elle est au cœur du nouveau modèle. Rien de nouveau donc ; ce n’est que ce qui était annoncé depuis le début (mais qui n’était pas pleinement fonctionnel et/ou n’était pas tout à fait en accord avec la CNIL).

Google admet qu’Universal Analytics est une « méthodologie de mesure [qui] devient rapidement obsolète » puisqu’ancrée dans « le web de bureau, des sessions indépendantes et des données plus facilement observables à partir de cookies« . GA4, de son côté, ne repose plus exclusivement sur les cookies (et nous nous souvenons de la tentative des FLoC -flux des cohortes- qui a été refusée par la CNIL).

On vous explique ce qui est annoncé.

  • GA4 utilise un modèle de données basé sur les événements. Ça peut être un clic sur une page ou un bouton en particulier, une inscription à une newsletter, etc. Nous noterons que la notion de “session” n’existe plus ! C’est maintenant un agrégat d’autres datas qui portera la donnée centrale de “l’engagement”. A la clé, un contrôle annoncé par Google comme étant “plus complet et granulaire”.
     
  • GA4 ne stocke plus les adresses IP des utilisateurs. La version actuelle ne permet pas de les anonymiser sans les héberger au préalable en dehors de l’UE. Là encore, rien de neuf sous le soleil… Mesure déjà annoncée et déjà possible avec une déclaration dédiée du tag actuel Universal. Google ne fait ici qu’une réponse marketing, en “riposte graduée”.

Concrètement, pour avoir accès à un historique de données confortable, il faut se mettre dès à présent à GA4 si on en croit Google.

Alors pourquoi passer à une solution alternative à Google Analytics si cette version est apte à satisfaire la CNIL (et ses homologues européens) ? 

Guillaume Regouby, Directeur du Pôle Trafic chez RnD vous livre ses éléments de réponse.

“En définitive, cette annonce n’en est pas une car avec 15 mois d’avance, cette date de fin programmée était attendue ! Le jeu du chat et de la souris avec la CNIL prend doucement fin et accélère la transition vers un monde sans cookies, respectueux (au possible) des données à caractères personnelles.

Cette réponse de Google n’annonce en soit rien de nouveau. D’un point de vue légal, il n’y a pas de nouveaux éléments : la solution Analytics n’est pas plus légale qu’avant. Cette annonce est un effet marketing avec un focus sur un point précis : l’IP.

Les données transitent toujours via les US (avec un droit de regard du gouvernement donc) et nous devons faire confiance à la bonne parole de Google pour que les données à caractère personnel ne soient pas stockées/utilisées/agglomérées/rapatriées.

L’évolution qui serait attendue est tout autre : quid du stockage de la data en Europe ou dans un web étatique par pays ? C’est cela qui répondrait au souci légal actuel. Ce n’est qu’une étape cependant, le “final boss” serait alors… la loi FISA ? Un accord global UE-US ? La loi ePrivacy pour harmoniser les avis pour tous les pays européens ? N’oublions pas que la CNIL n’a autorité qu’en France.

Conclusion : les solutions alternatives risquent de prendre du volume et de se pérenniser dans le paysage numérique. N’oublions pas qu’avec ce futur monde sans cookies, Google Analytics a beaucoup moins d’intérêt vis-à-vis des autres solutions Analytics ! Mais nous ne doutons pas que les services marketing et sociétés vivant de l’audience trouveront des passerelles intéressantes pour continuer de qualifier et suivre leur audience

Pour finir, une question plus économique se pose : Google Analytics est un outil essentiellement gratuit. Doit-on s’attendre à de tels efforts techniques de la part de Google pour des clients gratuits ? Doit-on s’attendre à une évolution de son modèle ?

En attendant, RnD avance avec ses clients vers des solutions tierces, respectueuses de la CNIL/RGPD et pérennes. Wait and see.”

On en parle quand vous voulez ! 👇

Offre RnD : Mesure de l’audience

En bref (ou presque)

  • 📊 | La mise en place de KPIs (Indicateurs clés de performance) est indispensable, que ce soit sur des objectifs ponctuels ou permanents, même pour une jeune pousse. Il en existe autant qu’on peut en imaginer. Parce qu’une piqûre de rappel ne fait jamais de mal, retrouvez les principaux indicateurs que les start-up surveillent. Cela peut aussi vous intéresser.
     
  • 💻 | Retour sur deux notions fortes du marketing d’attraction (article clair 🇺🇸) pour attirer le consommateur et déjouer la concurrence : le pull et le push marketing. Bien qu’ayant le même but final, ces deux stratégies diffèrent dans la méthode employée. Le Pull Marketing a pour objectif d’attirer le client vers le produit (avec le SEO par exemple) tandis que le Push Marketing va amener le produit vers le consommateur bien qu’il n’en ait pas exprimé le besoin (avec le SEA par exemple). Le recours à l’une ou l’autre doit être réfléchi en fonction du profil client et des objectifs de l’entreprise. Les préférences des consommateurs en matière de tactiques marketing ne doivent également pas être ignorées. Celles-ci ont fortement évoluées au cours de la dernière décennie, avec une attente particulière dans la confidentialité et la protection des données.
     
  • 📝 | 65% des entreprises B2B ont été amenées à modifier leur stratégie de marketing de contenu suite à la pandémie. Le content marketing est en évolution comme le montre l’infographie de Smarktkeyword revenant sur les stratégies à succès de 2021Le reformatage du contenu, appelé Content Repurposing, a également beaucoup fait parler durant cette période. Permettant de tirer le maximum de profit de chaque élément que vous créez, cela consiste à repartir d’un contenu existant et à l’exploiter différemment : nouveau canal, nouveau format, etc. 
     
  • 🤝 | 175 millions de personnes envoient chaque jour des messages à une entreprise sur WhatsApp. Troisième plateforme de médias sociaux la plus utilisée au monde et détenue par Meta, elle peut être un véritable atout dans une stratégie de service client social. La confiance des utilisateurs envers la plateforme et l’ensemble de ses fonctionnalités en fait un canal précieux pour interagir avec ses clients. 

  • 💬 | La promesse apportée par l’arrivée des commentaires et avis pour l’aide à la décision des consommateurs se trouve entachée par l’émergence des faux avis200 millions de faux avis ont été supprimés par Amazon en 2020 et pourtant, cela est loin d’être suffisant. Malgré les efforts de certaines marques, il est difficile d’empêcher ces faux avis de polluer (article du Monde €) les réels avis clients, faute de moyens réellement performants (algorithmes peu fiables) et de fraudeurs qui s’améliorent.

Le chiffre de la semaine

24%

Il s’agit de l‘évolution des recettes publicitaires nettes sur le marché de la publicité digitale entre 2020 et 2021 pour atteindre 7,679 milliards.

Pour tout savoir sur l’évolution des médias en 2021 et les prévisions 2022, rendez-vous ici.

Le sondage de la semaine

Selon vous, combien sommes-nous en France à avoir réalisé au moins un achat depuis notre mobile en 2021 ?

➡️ Répondre

Les résultats du sondage précédent.

Cette semaine chez RnD

Libéron confie la conception de son simulateur de peinture à RnD

Pour s’inspirer, oser et tester des peintures pour votre intérieur, RnD a développé pour Libéron (Groupe V33) L’Harmoniste, son simulateur de teintes.

Merci aux équipes pour leur confiance sur ce beau projet qui aide à la projection en peignant virtuellement une pièce en quelques clics.

Newsletter

Chaque vendredi matin, retrouvez une synthèse des informations du marketing digital à replacer lors de votre prochaine réunion.